CANICULE, NOYADES, ARRETS CARDIAQUES CET ETE N’OUBLIEZ PAS LES GESTES QUI SAUVENT (ET LES DEFIBRILLATEURS) !

CANICULE, NOYADES, ORAGES, N’OUBLIEZ PAS LES GESTES QUI SAUVENT (ET LES DEFIBRILLATEURS) !

Plusieurs centaines d'arrêts cardiaques sur les plages

La noyade entraine logiquement un arrêt cardiaque

La canicule et les noyades  feront vraisemblablement de nombreuses victimes d’arrêts cardiaques cette année. L’alerte canicule touche en ce mois d’août une grande partie de l’Europe. La chaleur extrême et étalée sur plusieurs semaine accroit le risque d’arrêt cardiaque en affaiblissant les organismes et en épaississant le sang. Les pouvoirs publics ont déclenché des campagnes d’information pour protéger les personnes âgées et isolées. Ils ouvrent des salles réfrigérées, recommandent de prendre de leurs nouvelles, rappellent à tous qu’il faut s’hydrater, se mettre à l’ombre. Il faut aussi éviter toute activité sportive aux heures les plus chaudes. La fin de Michel Berger, victime d’un arrêt cardiaque en 1992, est là pour nous le rappeler. C’est l’occasion de revenir aux fondamentaux du secourisme. Face à une personne qui s’effondre, il faut immédiatement appeler les urgences. Si elle semble ne pas respirer, il faut immédiatement commencer le massage cardiaque et se faire apporter un défibrillateur. Sans défibrillateur, ou dans son attente, il faut impérativement pratiquer le massage cardiaque (ou RCP, réanimation cardio Pulmonaire qui fait alterner 20 compressions thoraciques et 2 insufflations (ou bouche à bouche) deux fois une seconde,  et ne jamais l’interrompre plus de dix secondes.

Selon l’OMS, la noyade est un problème important de santé publique avec quelques 500000 cas par an dont 150000 décès.

70% des victimes de noyades ont de l’alcool dans le sang!

Malgré les campagnes de prévention et les disposition prises pour sécuriser les piscines, la noyade reste globalement la première cause de mortalité chez les enfants masculins de moins de 7 ans, la seconde en France.

En 2012, il y eu 1456 noyades entre le premier juin et le 30 septembre 2012, et 663 décès. En 2018, la presse rapporte 1139 noyades 126 décès entre le 1er juin et le 30 juilletSur les 568 noyades accidentelles enregistrées, 209 (37%) ont eu lieu en mer, 164 (29%) en piscine tous types confondus, 77 (13%) en cours d’eau, 75 (13%) en plan d’eau et 22 (4%) dans d’autres lieux (baignoires, bassins…). À noter la proportion particulièrement élevée de noyades d’enfants de moins de 6 ans (143 cas) et de personnes âgées de plus de 65 ans (97 cas)..https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=noyades-statistiques-ete-2018

 

DIAGNOSTIQUER LES ARRETS CARDIAQUES

Un arrêt cardio respiratoire ou arrêt cardiaque se caractérise par l’absence de respiration d’une victime inconsciente. Vous devez vous en assurer en plaçant votre oreille sur son nez et en regardant son ventre. S’il n’y a pas de souffle régulier et que la personne ne réagit pas lorsque vous lui demandez de lui serrer la main, elle est vraisemblablement en arrêt cardio respiratoire.

Vous avez alors 3 minutes pour la sauver en respectant la chaîne de survie :

LA PRIORITE ABSOLUE : APPELER LES URGENCES

APPELEZ IMMEDIATEMENT LES SECOURS, 15, 18, 112 OU HURLEZ POUR PREVENIR LES SURVEILLANTS

N’oubliez pas de localiser le lieu où se trouve la victime et commencez le massage cardiaque le plus rapidement possible. Les mots « arrêt cardiaque » et « la victime ne respire pas » déclenchent une procédure d’urgence absolue. Si vous êtes sur une plage surveillée, les Maîtres Nageurs Secouristes, Pompiers professionnels ou volontaires ou Sauveteurs en mer interviendront rapidement.

LA PRIORITE ABSOLUE : PRATIQUER LE MASSAGE CARDIAQUE

Si le défibrillateur n’est pas à portée de main, envoyez quelqu’un le chercher. Pendant ce temps-là commencez immédiatement le massage cardiaque. Le bouche à bouche appelé aussi l’insufflation disparait progressivement des programmes de secourisme.

COMMENT FAIRE LE MASSAGE CARDIAQUE

Pour le massage cardiaque, vous appuyez avec le talon de la main posée sur le sternum, au centre de la poitrine, à hauteur des tétons.  Vous devez garder les épaules droites et les bras tendus.  Vous êtes à genoux, ces derniers collés au flanc de la victime, son bras entre vos jambes. Le thorax s’enfonce de quelques centimètres (5 à 6). Pour cette raison, il est important que la victime se trouve sur une surface dure (par opposition un lit).

Si vous appuyez sur les côtes, vous risquez de les fêler prenez donc garde à appuyer correctement sur le milieu du sternum

L’UTILISATION DU DEFIBRILLATEUR

Depuis 2007, un arrêt autorise l’utilisation par toute personne non médecin du défibrillateur automatique externe. Externe parce que son efficacité n’est pas médicamenteuse ou consécutive à une opération. La défibrillation interne est celle qui intervient suite à la pose d’une pile sur le cœur d’un malade lors d’une opération.

Le défibrillateur est un appareil extrêmement facile d’utilisation

Vous trouverez un défibrillateur automatique externe (un défibrillateur grand public), ou DAE qui sera soit un Défibrillateur Entièrement Automatique ou DEA soit un Défibrillateurs Semi-Automatique ou DSA.

Lorsque les électrodes ont été posées, l’appareil vous demande de vous écarter. Dans le cas du Défibrillateur Entièrement Automatique, l’appareil vous demande de vous éloigner de la victime et administre le choc s’il est nécessaire. Dans le cas du Défibrillateur Semi-Automatique, l’appareil vous dit qu’il est prêt à choquer et vous demande d’appuyer sur le bouton. Immédiatement après avoir choqué, le DAE vous demande de recommencer le massage cardiaque.

Un bon défibrillateur augmente considérablement les chances de sauver une victime d’arrêt cardiaque

UN FONCTIONNEMENT TRES SIMPLE

Dans les deux cas, le défibrillateur opère un travail d’ordinateur. Il recueille les informations transmises par les électrodes et analyse les battements cardiaques. Si l’électrocardiogramme est plat, le cœur ne bat plus et le défibrillateur ne choquera pas. A l’inverse, si l’électrocardiogramme montre des battements réguliers comme ceux d’une personne qui n’est pas en arrêt cardiaque, le défibrillateur ne choque pas non plus. Il n’y a donc aucun risque pour que l’appareil soit utilisé comme un instrument de torture !

COLLER LES ELECTRODES DU DEFIBRILLATEUR SUR LA POITRINE DENUDEE

Les électrodes se placent comme indiqué sur le schéma présent sur le défibrillateur, sur le sachet et sur les électrodes, une en dessous du cœur, sur le flanc gauche, l’autre au-dessous de l’épaule droite. Si la victime est un enfant (de 1 à 8ans)  et que l’appareil n’a pas d’électrodes pour enfants, placez une électrode sur la face avant du thorax et une dans le milieu du dos, entre les deux omoplates.

LA VICTIME DOIT ETRE SECHEE MEME SUPERFICIELLEMENT

La noyade entraine souvent un arrêt cardiaque

La noyade entraine dans les cas les plus graves un arrêt cardiaque.

Vous avez branché les électrodes après vous être assuré que la victime est sèche ou à peu près sèche et éloignée d’une surface métallique qui pourrait absorber une partie du courant électrique, diminuant ainsi sa force et son efficacité.

LE MASSAGE, ENCORE LE MASSAGE, TOUJOURS LE MASSAGE CARDIAQUE

L’envoi d’un choc ne suspend pas l’intervention. Immédiatement après avoir choqué, le défibrillateur va vous demander immédiatement d’entamer à nouveau la Réanimation Cardio Pulmonaire ou RCP qui consiste en l’alternance de 30 compressions thoraciques et 2 insufflations (si vous le souhaitez) pendant deux minutes ou de compressions thoraciques ininterrompues. Au bout de ces 2 minutes, l’appareil va vous demander de vous écarter et de ne pas toucher la victime. Il analyse, puis, si cela est nécessaire, il administre le choc. Toutes les deux minutes, le défibrillateur vous demandera de vous écarter, analysera le rythme cardiaque et vous demandera soit de rester écarté, soit de pratiquer le massage cardiaque. N’enlevez jamais les électrodes. Ce sont les urgentistes qui s’en chargeront

http://www.youtube.com/watch?v=IATJlgG11Jk&feature=player_embedded

En tant qu’utilisateur ou en tant que secouriste formé et diplômé, téléchargez l’application Sauveteurs Sans Frontières : http://www.sauveteurs.org/non-classe/application-ssf-pour-sauver-plus-de-vies/

Vous pouvez aussi pratiquer la « chaîne de survie » sur http://sauveunevie.be/

 

Enfin, n’oubliez jamais que sans défibrillateur et sans réaction adéquate et immédiate, les chances de sauver les victimes d’arrêts cardiaques sont à peine de 5% contre plus de 50% avec un bon défibrillateur.https://restenvie.com/arrets-cardiaques-chiffres-precis/

Un bon défibrillateur est un défibrillateur fiable avec une bonne sensibilité de capteurs (le stétoscope du défibrillateur doit pouvoir diagnostiquer toutes les fibrillations. S’il est mauvais ou peu sensible, jusqu’à 20% des victimes ne seront pas reconnues comme étant en fibrillation et le défibrillateur ne choquera pas. A l’opposé, un défibrillateur ayant une capacité à choquer avec une énergie de 360 Joules aura beaucoup plus de chances de défibriller une victime qu’un défibrillateur limité à 150 joules…https://restenvie.com/boutique-defibrillateur-lifepak/

 

SPECIFICITES DE LA PRISE EN CHARGE DES NOYADES

Pour assurer le sauvetage aquatique de la victime, il faut impérativement

• dégager la victime de l’eau doit  en toute sécurité

• alerter ou faire alerter immédiatement les secours spécialisés ;
• éviter de pénétrer directement dans l’eau chaque fois que possible.

Si vous devez entrer dans l’eau, s’équiper d’une bouée ou de tout autre dispositif de flottaison pour pénétrer dans l’eau, ne pas s’aventurer seul et ne pas plonger tête la première.

• parler à la victime et utiliser un moyen d’aide au sauvetage

avec l’envoi d’objet (bouée de sauvetage, bâton, corde, vêtement…) si la victime est proche de la terre ferme.
Sinon, utiliser un bateau ou toute autre embarcation flottante pour faciliter le sauvetage

• sortir la victime rapidement de l’eau,

la probabilité pour que la victime présente une lésion de la colonne vertébrale sont très faibles.
Si la victime est en arrêt cardiaque, sa sortie doit être aussi rapide que possible tout en limitant autant que possible la flexion et l’extension du cou.
Les sauveteurs spécialisés peuvent réaliser une immobilisation du rachis cervical et thoracique, avant de procéder à la sortie de l’eau dans les rares cas suivants :
• plongeon en eau peu profonde ;
• victime d’accident de sport nautique (toboggan aquatique, scooter de mer, kitesurf, ski nautique, accident de la circulation avec chute dans l’eau…)
• et qui présente des signes d’atteinte du rachis ;
• qui ne peut être examiné (lésions multiples, intoxication alcoolique associée…).
• si la victime présente une détresse vitale, appliquer la conduite à tenir adaptée à son état en tenant compte des spécificités liées à la prise en charge d’une victime de noyage reprise ci-après.
• lorsque la victime est consciente, l’installer dans la position où elle se sent le mieux, si possible à l’abri du vent.

Dans tous les cas :
• compléter le bilan d’urgence vitale ;
• déshabiller la victime en évitant les mobilisations intempestives ;
• sécher prudemment et sans friction la victime ;
• envelopper la victime dans des couvertures et la protéger du vent ;
• réaliser le bilan complémentaire ;
• transmettre le bilan pour avis et appliquer les consignes reçues ;
• surveiller la victime.

 

Spécificités liées à la prise en charge d’une victime de noyade

• ventilation artificielle :

L’arrêt cardiaque à la suite d’une noyade est dû à une hypoxie, idéalement il convient de réaliser immédiatement cinq insufflations initiales avant de débuter les compressions thoraciques.
A défaut, commencer par les compressions thoraciques jusqu’à être en mesure de réaliser les insufflations.
Les sauveteurs spécialisés peuvent débuter les manœuvres de ventilation artificielles pendant le dégagement de la victime idéalement avec un équipement de sauvetage flottant. Ces manœuvres seront poursuivies jusqu’à ce que les compressions thoraciques à terre puissent être réalisées.

• compressions thoraciques :

Les compressions thoraciques ne sont débutées que si la victime est hors de l’eau, sur terre ou dans une embarcation.
Si le secouriste est isolé, il doit réaliser cinq cycles de réanimation cardio-pulmonaire avant de quitter la victime pour aller alerter les secours.
Pour réaliser les compressions thoraciques Pour réaliser les compressions thoraciques dans les embarcations, il est possible d’utiliser des dispositifs automatiques de massages cardiaques externes. Leur efficacité similaire aux compressions thoraciques manuelles en situation normale prend toute sa valeur dans un environnement difficile et étroit et pour des réanimations prolongées.

• administration d’oxygène :

L’administration d’oxygène sera rapide, systématique et à haute concentration (15 l/min) tant que la victime est en arrêt cardiaque et tant que l’on ne peut obtenir une SpO² fiable.

• défibrillation :

Sécher le thorax avant de placer les électrodes pour la défibrillation, en respectant les consignes de sécurité liées à son utilisation.

• manœuvre de désobstruction :

La quantité d’eau inhalée par une victime d’une noyade est en général faible. La mousse aux lèvres, composée d’un mélange d’eau et d’air, est très fréquente chez la victime de noyade et ne gêne pas la ventilation. Ne pas insister pour l’enlever
Les techniques de désobstruction des voies aériennes (tapes dans le dos, compressions abdominales) sont dangereuses et ne doivent pas être réalisées. En effet, elles peuvent entraîner une régurgitation, une inhalation de liquide gastrique, des lésions traumatiques et retardent la mise en oeuvre de la réanimation cardio-pulmonaire.

• survenue de régurgitations :

Au cours de la réanimation, si la victime présente une régurgitation du contenu de l’estomac et de l’eau avalée qui gêne la ventilation, il convient de la tourner immédiatement sur le côté et retirer les débris alimentaires présents dans la bouche à l’aide des doigts et pratiquer une.
Si une lésion cervicale est suspectée, retourner la victime d’un bloc, en gardant la tête, le cou et le torse alignés.

 

Leave a Reply