Arrêt cardiaque et boissons énergisantes

Le risque est réel pour les consommateurs de boissons énergisantes de faire un arrêt cardiaque. Il ne cesse d’être dénoncé. La Haute Autorité Européenne de Sécurité Alimentaire (EFSA) soulève régulièrement le danger. En France, cette boisson a été interdite de 1996 à 2008. Sa vente a aussi été interdite en Uruguay, au Danemark et en Norvège.

La célèbre boisson Redbull, qui détient 60% du marché, a dû effectuer un lobbying intense en France avant que la boisson ne soit autorisée à y être distribuée. Pendant 13 ans, l’AFSSAPS, devenue, l’ANSM avait imposé une interdiction levée après un long combat juridique. L’ANSM n’avait pas réussi à démontrer la nocivité de la boisson mais ne cesse de répéter que « considère que ce type de breuvage supposé fortifiant se révèle risqué pour au moins “un demi-million de Français“, et même mortel pour ceux qui souffrent de cardiopathies bénignes, généralement non diagnostiquées. »

Selon l’EFSA, les amateurs de boissons énergisantes se répartissent de la manière suivante : 68% des adolescents, 30% des adultes et même 18% des enfants de moins de 10 ans. En 2014, plus de 5,6 milliards de cannettes ont été vendues dans le monde.

Selon une enquête commandée par l’Agence nationale de Sécurité sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail, 17% des consommateurs de boissons énergisantes ont entre 14 et 25 ans, 41% boivent déjà du café, 17% “se donnent des ailes” pendant une activité sportive et 33% le font dans les bars, les discothèques ou lors de soirées festives. L’avertissement vaut tout autant pour Burn, la copie de Red Bull lancée par Coca-Cola, ou Monster, Dark Dog ou Truc de Fou, qui se bousculent sur un marché de plus de 500 références (une centaine en France), porté par une croissance à deux chiffres. D’autant que la conclusion laconique de l’Anses concernant l’apport énergétique réel est catégorique : il s’agit de “vitamines du groupe B, pour lequel la population française n’est globalement pas jugée en situation d’insuffisance”.

Des effets stimulants à court terme

Les boissons énergisantes stimulent à la fois les capacités physiques et mentales. Pour lutter contre le sommeil et augmenter leur forme physique, de nombreux étudiants y ont recours à haute dose., que ce soit pour étudier dans la semaine précédant un examen, faire la fête, en mélangeant ces boissons à de l’alcool ou pour tenir lors d’interminables parties de jeux en ligne.

Un marketing agressif pour des produits dangereux

Ces breuvages au marketing agressif et au packaging coloré sont composés de substances stimulantes . Une cannette de 80mg renfermerait l’équivalent en caféine d’un expresso, ce qui n’est pas alarmant. En revanche, la taurine, excitant plus puissant se trouve en dose encore plus importante. sera par exemple plus présente. En comparaison avec d’autres boissons faibles en éléments nutritifs, Red Bull contient une petite quantité de vitamine B et de taurine (acide aminé), mais cela reste insuffisant pour remplacer l’effet négatif de la quantité excessive de caféine et de sucre.

Des études médicales convergentes

Régulièrement des cardiologues dénoncent les méfais de ces boissons et n’hésitent pas à lier leur consommation à des cas de malaises cardiaques.

En 2010, une étude publiée dans Mayo Clinic proceedings a révélé que le Red Bull et les boissons énergisantes similaires pourraient se révéler dangereuses pour les personnes qui ont des troubles cardio-vasculaires, et pourraient aussi causer les mêmes symptômes à des personnes en bonne santé.  (http://www.mayoclinicproceedings.org/article/S0025-6196(11)60094-3/pdf  )

Un essai clinique a consisté à donner à 15 participants en bonne santé deux canettes (500 ml) par jour de boisson énergisante identique au Red Bull en termes d’ingrédients pendant une semaine.

Les chercheurs ont constaté que la pression artérielle des participants a augmenté de 8% à peine quatre heures après la première prise, et de 10% à la fin de la semaine. Ils ont également constaté que le rythme cardiaque des participants a augmenté de 8% le premier jour et de 11% à la fin de la semaine.

Ces deux facteurs sont associés à un risque accru de crise cardiaque. L’hypertension artérielle peut également endommager les artères et provoquer des caillots sanguins.

Une autre étude publiée dans la même revue a examiné l’effet que le Red Bull avait sur des personnes pendant et après l’entraînement. L’étude se composait de 13 participants. Les chercheurs leurs ont fait faire des exercices épuisants trois fois par jour. Avant chaque séance d’entrainement, les participants buvaient soit du Red Bull, une boisson similaire mais sans taurine, ou un placebo sans stimulants.

Les chercheurs ont constaté que seul le Red Bull avait un effet sur le débit systolique, qui est le volume de sang que le cœur éjecte à chaque contraction. Cela montre que la combinaison des stimulants présents dans le Red Bull ont des répercussions importantes sur le système cardio-vasculaire, effets qui ont été associés à un risque accru de crises cardiaques.

En 2017, une nouvelle étude publiée dans le journal de la principale association de cardiologues des Etats Unis https://doi.org/10.1161/JAHA.116.004448  (Journal of the American Heart Association. 2017;6:e004448 du 26 avril 2017)  a des résultats clairs qui viennent confirmer les précédentes études : une seule de ces boissons énergisantes peut déclencher des changements « potentiellement mortels » de votre tension artérielle et votre rythme cardiaque, provoquer une activité cardiaque électrique « anormale » et une pression artérielle élevée.

La caféine n’est pas le seul ingrédient stimulant des RedBull, Monster, Burn et autres boissons. La taurine, le guarana, le ginseng et surtout le sucre les composent aussi. « En raison du fait que les ingrédients multiples dans les boissons énergisantes ont la capacité de modifier les propriétés électrophysiologiques, leur utilisation unique et simultanée nécessite un examen approfondi. L’utilisation à long terme des boissons énergisantes nécessite également une attention particulière », explique le docteur Emily Fletcher, co-auteur de l’étude de 2017.

Ce sont 18 volontaires qui ont participé à l’étude. La pression artérielle de chacun d’eux et leur cœur ont été contrôlés avant et après avoir bu 946 ml de boisson énergisante ou un mélange de jus de fruit, de sirop et d’eau gazeuse. Les deux boissons contenaient la même quantité de caféine et les bénévoles les ont consommées sous 45 minutes. Six jours plus tard, les chercheurs ont échangé les boissons et répété les expériences.

Selon les conclusions, les volontaires présentaient généralement un plus haut niveau d’intervalles QT (temps nécessaire pour que les ventricules du cœur se préparent à battre à nouveau) deux heures après la consommation d’une boisson énergisante par rapport à l’autre boisson. Aussi, leur pression artérielle était plus élevée après six heures. L’hypertension artérielle peut augmenter le risque de maladie cardiaque et ainsi entraîner une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral (AVC). La différence dans l’activité électrique, connue sous le nom d’intervalles QTc, peut provoquer un battement cardiaque anormal, ce qui « peut mettre la vie en danger »en provoquant un arrêt cardiaque selon les auteurs de l’étude. http://sciencepost.fr/2017/05/dangers-boissons-energisantes-lactivite-cardiaque/

Selon Scott Willoughby, chercheur principal du centre de recherche cardiovasculaire au Royal Adelaide Hospital, les personnes qui souffrent d’hypertension artérielle ou qui passent par des périodes de stress devraient éviter ces boissons, car elles ont des effets négatifs sur leurs vaisseaux sanguins et peuvent provoquer des caillots. Selon une étude italienne publiée dans The Journal of the Clinical Autonomic Research Society, après une forte consommation de Red Bull, on a pu constater un cas de syndrome de tachycardie orthostatique posturale (STOP) associé à un malaise vagal chez un jeune sportif (joueur de volley-ball).

Le syndrome de tachycardie orthostatique posturale est une condition d’intolérance qui se manifeste par une augmentation anormale de la fréquence cardiaque lorsqu’on passe de la position allongée à une position verticale.

Ce syndrome est également lié à celui de fatigue chronique, raison pour laquelle il faut éviter la consommation de boissons énergisantes lorsque l’on souffre de fatigue chronique. Le risque est augmenté avec le mélange avec l’alcool qui est par définition neurotoxique et augmente les niveaux d’insuline, ce qui peut conduire au diabète et à d’autres maladies chroniques.

La tenue du congrès Cardiostim, (congrès international réunissant médecins, cardiologues, électrophysiologistes et ingénieurs qui se réunissent pour échanger sur leurs travaux sur tous les aspects des dysfonctionnements du rythme cardiaque) qui s’est déroulé à Nice en juin 2016 a été l’occasion de réunir quelques victimes de crises de tachycardie.

Le congrès a été l’occasion de dénoncer les 257 cas ont signalés de troubles cardiaques ou neurologiques, suite à la consommation de boissons énergisantes, le plus souvent en association avec de l’alcool ou une pratique sportive. 25 de ces cas ont été retenus comme “imputables de manière vraisemblable et très vraisemblable” à la dégustation de ces boissons. Parmi lesquels un arrêt cardiaque fatal. Une jeune fille de 16 ans est morte juste après s’être arrêtée de danser en discothèque et avoir mixé alcool et boisson énergisante.

En 2017, un père de famille de Cedartown (Etats-Unis) poursuit les fabricants de la boisson énergisante Monster Energy, qu’il juge responsables de la mort de son fils en 2015. Dustin Hood, 19 ans, était décédé d’un arrêt cardiaque sur un terrain de basketball après avoir consommé plus de deux litres du produit incriminé. Soit une quantité de caféine équivalente à celle contenue dans 14 canettes de Coca Cola. Or, d’après la plainte déposée devant la justice américaine, c’est bien une surdose de caféine qui serait à l’origine de l’arythmie cardiaque à l’origine de la mort de Dustin Hood. Après avoir bu sa dernière cannette, le jeune homme s’était écroulé en pleine partie de basketball et avait immédiatement été conduit à l’hôpital où il est mort peu après, raconte TMZ.

L’action en justice du père de famille n’est pas la première mise en cause de Monster Energy dans le décès d’une personne jeune et sans problème de santé. Ainsi en 2011, Anaïs Fournier, une Américaine de 14 ans, était morte d’une arythmie cardiaque 24 heures après avoir consommé de grandes quantités de cette boisson énergisante.

La famille de l’adolescente avait porté plainte contre Monster Beverage, le producteur du soda riche en caféine. Le produit a par ailleurs été pointé du doigt en 2012 dans un rapport de l’Agence américaine des aliments et des médicaments (FDA) après le décès de cinq personnes en trois ans aux Etats-Unis.

https://www.20minutes.fr/monde/1996535-20170116-boissons-energisantes-monster-energy-poursuivi-justice-apres-deces-etats-unis

Le décès de deux membres de l’équipe nationale de Squash du Koweït suite à la consommation régulière d’une boisson énergisante est un fait marquant et une tâche noire dans l’histoire de RedBull qui se croyait insurmontable…

Suite à l’arrêt cardiaque d’un jeune Britanique de 28 ans, agent d’assurance, Matin Bowling qui s’est reconnu plus tard drogué par une consommation quotidienne de Red Bull, Victoria Taylor, diététicienne au British Heart Foundation, a déclaré : “Alors que boire des quantités modérées de caféine ne devrait pas avoir un impact sur votre santé cardiaque, certaines personnes peuvent être plus sensibles à ses effets”. Les enfants et les jeunes sont particulièrement vulnérables et peuvent avoir une réaction exagérée à la caféine, car ils sont moins habitués.
En savoir plus sur https://www.anguillesousroche.com/sante/un-homme-de-28-ans-

Gavin Partington, directeur général de British Soft Drinks Association, a déclaré : “250 ml de boisson énergétique contient généralement la même quantité de caféine qu’une tasse de café. Les fabricants de boissons énergisantes fournissent le contenu de la caféine sur toutes les étiquettes et recommandent la consommation avec modération. Comme tous les produits alimentaires, les boissons énergisantes devraient être consommées dans le cadre d’une alimentation variée et équilibrée, et un mode de vie sain”.
En savoir plus sur https://www.anguillesousroche.com/sante/un-homme-de-28-ans-fait-une-crise-cardiaque-apres-avoir-bu-huit-boissons-energisantes/#hISf7BgvIGkuXxYD.99

Leave a Reply